viagogo propose de revendre StubHub International

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

L’Autorité des marchés et de la concurrence britannique a stoppé depuis ce printemps la fusion entre viagogo et StubHub, et a spécifié tout récemment que cette fusion entraînerait un monopole sur le marché de la billetterie secondaire. 

Mais viagogo n’a pas dit son dernier mot : la firme a annoncé son intention de revendre ses parts de StubHub en dehors du marché américain. viagogo souhaite ainsi revendre la holding qui détient StubHub et qui opère toutes les opérations de billetterie primaire et secondaire à l’international, notamment au Royaume-Uni. Toutes les données de transaction et de clients seraient fournies à l’acheteur pour pouvoir “concourir sur le marché de la billetterie secondaire au Royaume-Uni.” Ticketbis, racheté par StubHub en 2016, ferait également partie de ce lot et viagogo ne conserverait que les opérations de StubHub en Amérique du Nord. 

Cette proposition de revente stipule que l’acheteur ne pourrait pas acheter des mots-clés sur Google au Royaume-Uni, ni lancer des opérations de marketing directe envers les consommateurs. 

Cette proposition fait également part de l’obligation de l’acheteur d’utiliser la marque StubHub pendant au moins trois ans, avant la suppression totale de la marque pendant une année, pendant laquelle ni l’acheteur, ni viagogo ne pourraient utiliser le nom StubHub en Grand-Bretagne. 

Enfin, viagogo a assuré que l’acheteur de StubHub international n’assumerait pas la responsabilité des événements annulés de StubHub pendant la pandémie. 

Pour viagogo, la revente de StubHub permet de “proposer une solution complète” qui répondrait aux “préoccupations” de l’Autorité britannique. C’est aussi une manière pour viagogo de se débarrasser de StubHub, acquis il y a un an, malheureusement au pire moment de l’histoire de la billetterie

Est-ce que l’Autorité des Marchés et de la Concurrence britannique acceptera cette proposition ? A suivre… 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page