Quel bilan pour les réglementations de Google sur la publicité des billetteries secondaires ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Google a annoncé avoir bloqué 2,3 milliards d’annonces sponsorisées ayant enfreint les règles de conformité de son écosystème.

Parmi ces publicités sanctionnées, nul doute que des publicités mises en place par des plateformes de revente ont été également suspendues ou revues. En effet, en février dernier, Google a mis en place une nouvelle réglementation concernant les sites de billetterie secondaire.

Après une campagne intensive des professionnels de l’industrie du spectacle vivant, notamment au Royaume-Uni, Google oblige désormais les plateformes de revente à se certifier et interdit toute publicité de ces plateformes qui pourraient induire le consommateur en erreur, en se faisant passer pour une source de billetterie primaire.

Ainsi, pour faire de la publicité sur son écosystème, les plateformes de revente doivent éviter le terme « officiel » pour parler de leurs billets. Par ailleurs, le statut de « revendeur » doit clairement être indiqué sur la page d’accueil du site Internet, dans l’annonce sponsorisée. Enfin, les sites de reventes doivent également annoncer clairement le prix final du billet, dès le début du tunnel d’achat.

Les réglementations de Google ont-elles été respectées ?

Un an après la mise en place de cette réglementation, nous avons fait le test. En tapant « metallica billets » dans le moteur de recherche de Google.

Le groupe se produira le 12 mai prochain au Stade de France et la billetterie est complètement épuisée. Et… les premiers résultats sur Google renvoient vers des sites de billetterie secondaire : Stubhub, Viagogo. L’agrégateur TicketStarter renvoient également vers ces deux sites de revente. Seul Paris Eventicket, dernière annonce proposée, se positionne comme billetterie officielle alors qu’ils ne le sont pas véritablement. En revanche, les prix sont majorés : un billet pour une catégorie 1 pour le concert de Metallica au Stade de France est vendu 118,90€ sur Paris Eventicket contre 99,40€ sur Ticketmaster.

Enfin, il nous a été très difficile de trouver des mentions officielles concernant la billetterie : pas d’événements Facebook organisé par Live Nation ou Metallica, aucune mention d’une bourse d’échange officielle ou d’avertissement concernant d’éventuelles plateformes de revente sur Ticketmaster ou le site de Metallica…

Pour conclure, il est évident que dans les grandes lignes, les conditions d’éligibilité à la publicité sur Google ont été majoritairement respectées par les sites de revente.

En effet, ni StubHub, ni Viagogo ne se présentent comme « billetterie officielle » de ce concert. En revanche, aucun de ces sites ne précise dans son annonce qu’il est un revendeur de billets, et la description de StubHub, premier sur l’enchère de Google, n’en laisse rien deviner…

Une mise en conformité, oui. Une nouvelle réglementation mise en place par Google, oui. Mais également des textes qui peuvent être interprétés librement, et un contrôle un peu lâche de la part du moteur de recherche…

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page