[Presse] Covid-19 : seulement « la moitié des billets » vendus à 15 jours des Vieilles Charrues, le pass sanitaire « pose question », selon le directeur du festival

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

À 15 jours de l’ouverture du festival, Jérôme Tréhorel s’inquiète d’un manque de réservation de billets à cause notamment du pass sanitaire. Pour lui, « il y a besoin de pédagogie » auprès du grand public.

« Contrairement aux années passées, on n’est pas encore complet » à 15 jours de l’ouverture des Vieilles Charrues« On a vendu à peu près la moitié des billets », a indiqué jeudi 24 juin sur franceinfo Jérôme Tréhorel, directeur du festival qui a lieu à Carhaix (Finistère) du 8 au 18 juillet. Selon lui, c’est « l’arrivée de ce pass sanitaire » qui « pose question ». « Il y a besoin de pédagogie » auprès du grand public.

franceinfo : Vous ne faites pas le plein ?

Jérôme Tréhorel : À quinze petits jours de l’ouverture du festival, contrairement aux années passées, on n’est pas encore complet. On a vendu à peu près la moitié des billets. On sent qu’il y a beaucoup de questions encore de la part des publics, des futurs festivaliers. On a tellement été habitué à l’hiver dernier au « stop and go » que là, comme par miracle, on a le droit d’ouvrir, de jouer. On est même debout sans masque. Cela paraît un peu irréel. On voit que le public a besoin de certitudes et de garanties. L’arrivée de ce pass sanitaire qui nous ouvre le champ des possibles pour revivre les festivals comme avant pose question. Il y a besoin de pédagogie. On le pense avec beaucoup d’autres organisateurs. Ce n’est pas une contrainte, cela doit être pris vraiment comme un sésame.

Vous avez vendu combien de places exactement ?

On est à peu près à 2 000 à 2 500 par soir sur les 4 000 à 5 000 places qu’on a mises à la vente. Je pense qu’il y a vraiment besoin d’une communication nationale, au même titre qu’il y a eu la communication dans les medias sur les gestes barrières. C’est important d’expliquer. Il n’y a pas une bonne compréhension de ce qu’est le pass sanitaire. Il y a beaucoup de confusion. Ce sont des choses qui font peur aussi, qui peuvent être aussi rédhibitoires. Beaucoup de gens n’ont pas fait de tests nasaux dans les milieux ruraux notamment. Donc, il faut expliquer cela. On va annoncer la semaine prochaine des campagnes de tests possibles dans des laboratoires sur toute la Bretagne avec des tests salivaires.

Vous allez prendre en charge ces tests vous-même ?

On le fera en dépannage. C’est surtout inciter les gens avant de venir sur le festival à se faire tester dans leur pharmacie ou les laboratoires proches de chez eux. Lire la suite >>

Source : franceinfo

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page