Restitution TMNlab #20 : « Publics en ligne, publics en soi »

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Produire, soutenir la création, diffuser, démocratiser l’accès à la culture, favoriser la pratique amateur, entretenir le lien avec les publics… Les missions des lieux de spectacles vivants sont plurielles et se déploient entre leurs propres murs comme hors-les-murs. Mais qu’en est-il de ce troisième espace nommé Internet ?

Régulièrement, la question de la transition numérique dans le secteur des arts vivants se résume à la captation des œuvres pour une diffusion en ligne. Ce raccourci se solde par un récurrent débat éthique ou esthétique autour de la représentation. Il traduit surtout la méconnaissance des enjeux du numérique et de ses possibles vis-à-vis de nos missions de service public. Or pendant ce temps, sur Internet un public s’accroît. Un public créateur parfois, explorateur assurément. Un public qui parfois fréquente les institutions « IRL », parfois non.

Et voilà que la crise sanitaire a rebattu les cartes. Récemment, la première étude officielle sur les pratiques culturelles des Français pendant le premier confinement révélait une réduction des écarts sociaux et générationnels et l’exploration de nouveaux usages numériques par les seniors et les classes populaires.

Ainsi, en l’absence de présentiel, il n’est plus question d’ignorer ces publics en ligne – parmi lesquels les spectateurs fidèles de nos lieux. Ils incarnent dorénavant des publics en soi. La recherche en témoigne : les pratiques culturelles en ligne sont d’une grande richesse et constituent un versant qui échappe souvent aux professionnels que nous sommes. Pourtant, les artistes eux-mêmes s’en saisissent et inventent en même temps qu’ils investissent un nouvel espace de création.

En d’autres termes ; il ne s’agit pas d’être pour ou contre la transition numérique mais de l’appréhender au rythme des publics, dont les usages culturels se recomposent. Pour intégrer ces mutations à nos projets d’établissements selon nos propres conditions éthiques.

Comment repenser les missions de nos établissements qui déjà font plus avec moins ? Pourquoi nous adresser à ces publics, non plus avec pour unique ambition de les acheminer dans nos lieux le temps d’une représentation, mais en leur donnant les moyens d’une relation augmentée à l’œuvre ? Alors que le confinement abolit les frontières des lieux de spectacles vivants ; quels intérêts trouveront nos institutions à s’intégrer dans un territoire qui n’est plus seulement géographique mais numérique ? Dès lors, comment redéployer nos missions de diffusion, production, médiation en ligne ; et évaluer leur réception, leur impact ? Lire la suite et voir les vidéos >>

Source : TMNLab

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page