[Presse] Toujours fermés, les châteaux de la Loire redoutent une saison fantôme

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

De Chambord à Gizeux, de Montreuil-Bellay à Cheverny, les monuments du val de Loire bouclent une année 2020 en recul de 48 % de leur fréquentation. Les propriétaires mettent la pression sur le gouvernement pour une réouverture à Pâques sous protocole sanitaire.

Une fine pellicule de neige a recouvert les buis du château d’Amboise (Indre-et-Loire). Un magnifique paysage que l’on ne savoure qu’en photo sur les réseaux sociaux. Depuis plusieurs mois, aucun visiteur ne peut visiter cette forteresse qui a vu grandir François 1er. « Heureusement que la célébration des 500 ans de la Renaissance, en 2019, nous avait permis d’engranger de la trésorerie. Mais nous avons quand même dû prendre des mesures d’économie », explique Marc Métay, directeur de cette propriété de la Fondation Saint-Louis, qui enregistre habituellement plus de 350.000 visiteurs par an.

En 2020, ils ont été 100.000 de moins, alors que le seuil de rentabilité est à 300.000 entrées. Cette PME de 34 permanents a enregistré deux départs volontaires. Pour la saison 2021, elle n’envisage pour l’instant que trois recrutements de saisonniers, alors qu’ils sont une vingtaine en année normale. Amboise a fait des économies sur la promotion à l’étranger et l’annulation des salons.

#ausecoursrouvreznous

A l’échelle du val de Loire , les sites touristiques ont enregistré une chute de 48 % de leur fréquentation selon le Comité régional du tourisme Centre-Val de Loire. « Aucun monument n’est sur le point de fermer. Mais la situation est très fragile », prévient François Bonneau, président du conseil régional. « Les trésoreries sont à sec », ajoute Marc Lelandais, propriétaire de Château Gaillard, à Amboise, et délégué aux affaires économiques de La Demeure historique, l’association qui regroupe quelque 3.800 monuments privés, dont Vaux-le-Vicomte, Cheverny et Villandry. Lire la suite >>

Source : Les Echos

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page