Retour sur l’actualité du groupe Vivendi

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

En décembre, Vivendi, la maison mère d’Universal Music Group, mais également de See Tickets et du réseau Olympia, a annoncé de nombreux changements. 

D’abord, mi-décembre, Vivendi a cédé à nouveau 10% du capital d’Universal Music Group au groupe chinois Tencent. Après une première prise de participation au capital signée en novembre 2019 et actée en mars 2020, cette annonce était attendue par les marchés. Le montant de la transaction, estimée à 3 milliards de dollars, devrait être officiellement actée au premier semestre 2021. « Après la réussite de cet important accord stratégique (avec Tencent et Tencent Music Entertainment), Vivendi poursuit le projet de cession de participations minoritaires supplémentaires dans UMG. » a indiqué Vivendi dans un communiqué. Le groupe a également réitéré son intention de vendre jusqu’à 50% d’UMG, et une introduction en bourse est prévue pour 2022. 

De l’autre côté, Vivendi vient d’annoncer l’acquisition du groupe Prisma Media, détenu par Gruner + Jahr-Bertelsmann, filiale du groupe allemand Bertelsmann. L’annonce a été faite complètement par surprise juste avant les fêtes de Noël. Le rachat de Prisma Media permettrait au groupe de consolider son pôle éditions, alors que Vivendi a déjà racheté en 2019 Editis, détenteur de Nathan, Robert Laffont ou Plon. Vivendi possède également Canal+ et vient d’acquérir une participation au sein du groupe Lagardère. 

Enfin, toujours du côté des médias, Vivendi est en litige judiciaire avec le groupe Mediaset en Italie. Le groupe de télévision italien, détenu par Silvio Berlusconi, reproche en effet au groupe de Vincent Bolloré d’avoir fait capoter de tentative de rachat en 2016 et en 2019. La justice italienne vient d’ailleurs de conclure une enquête sur ces différends et les détails qui ont fuités ne vont pas arranger les affaires du groupe français. Selon les conclusions de cette enquête, Vincent Bolloré aurait mis en place des « manipulation du marché » et d’« obstruction à l’exercice des fonctions de contrôle » dans le cadre de la montée au capital de Mediaset.  

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page