Retour sur les dernières actualités de Live Nation

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Live Nation a augmenté ses liquidités de 500 millions de dollars supplémentaires le 04 janvier dernier, via une vente de d’obligations « senior secured ». En mai dernier, le groupe avait déjà mis en vente des obligations de même type, à hauteur d’1,2 milliards de dollars, ce qui porte la dette du groupe à 5,35 milliards de dollars. 

Cette nouvelle vente permettra à Live Nation, dont le chiffre d’affaire est en baisse de 95% sur les 9 premiers mois de l’année, de rembourser une facilité de prêt existante de 75 millions de dollars, pour payer les frais et dépenses liés à l’offre et à des fins générales de l’entreprise, selon Live Nation. La dernière offre de dette privée de 500 millions de dollars sera utilisée pour rembourser une facilité de prêt existante de 75 millions de dollars, pour payer les frais et dépenses liés à l’offre et à des fins générales de l’entreprise, selon Live Nation. Par ailleurs, ce fond pourra permettre à Live Nation de réaliser “des acquisitions” sans rentrer dans le détail de la gestion de cet investissement. 

En parallèle de ces mouvements financiers, Ticketmaster, l’offre de billetterie du groupe, a été condamné en décembre dernier à payer 10 millions de dollars d’amende pour avoir accédé illégalement aux systèmes informatiques de Songkick entre 2013 et 2015. 

Cette décision intervient deux ans après un long feuilleton judiciaire où Ticketmaster US était accusé de s’être introduit illégalement dans les systèmes de Songkick afin de plagier sa technologie CrowdSurge. En 2018, l’affaire s’était résolue avec le rachat des derniers atouts de Songkick (précédemment racheté par Warner) par Ticketmaster US. 

Ticketmaster US doit donc payer une amende de 10 millions d’euros pour complot en vue de commettre une intrusion informatique, intrusion informatique à des fins commerciales, intrusion informatique dans la poursuite de la fraude, complot de fraude électronique et fraude électronique. Les employés (dont un ex-salarié de Songkick) qui auraient utilisé des mots de passe de Songkick ont été licenciés en 2017 après que leurs actions aient été révélées. “Leurs actions enfreignaient nos politiques d’entreprise et étaient incompatibles avec nos valeurs. Nous sommes heureux que cette question soit désormais résolue.”, a déclaré Ticketmaster US dans un communiqué.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page