Le Premier Ministre a adressé une lettre à la culture

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Jean Castex a adressé le 23 décembre une lettre à la culture, après avoir rencontré les représentants du cinéma et du spectacle vivant. 

Cette lettre de 3 pages est en réalité une explication du Premier Ministre quant à la fermeture des lieux culturels depuis quelques mois déjà, et surtout, leur non-réouverture le 28 novembre (alors que les commerces ont rouvert leurs portes à cette date) ou le 15 décembre 2020. Pour expliquer cette décision, jugée comme injuste par la grande majorité des acteurs culturels, Jean Castex invoque deux raisons, liées au fait que le nombre de contaminations ne réduit pas. 

D’abord, le fait que “plus la durée de présence dans un lieu clos est importante, plus le risque de contamination y est élevé, a fortiori si la ventilation des locaux ne répond pas aux normes les plus récentes« . Le Premier Ministre invoque également des “études scientifiques” pour étayer ce propos sans donner de sources, malgré une note de bas de page. Pourtant, de nombreuses études menées à l’étranger démontrent qu’un public masqué, dans une salle configurée pour permettre un mètre de distance en chaque participant ou groupe de participants, possédant un système de ventilation et imposant une gestion des flux avec désinfections des mains à l’entrée, ne consiste pas en la création d’un cluster épidémiologique. 

Ensuite, il explique que le but de cette mesure est de “réduire la circulation, le brassage et la concentration des personnes. C’est par la fermeture d’établissements ou de lieux de destination que l’on peut réduire les motifs de déplacements et inciter nos concitoyens à rester chez eux.” Cet argument a été mal reçu par les professionnels du spectacle et du cinéma, qui estiment que les événements culturels génèrent (malheureusement) des déplacements infimes comparés à un centre commercial par exemple. 

Avec cette lettre, Jean Castex a exprimé l’engagement du gouvernement auprès des professionnels de la culture, qui ne peuvent exercer leur métier “normalement” depuis le mois de mars. Il a par ailleurs écrit : « la Ministre de la culture vous a proposé de travailler à la construction d’un modèle résilient pouvant fonctionner pour les prochains mois, jusqu’à ce que la pression épidémique soit redescendue et que nous puissions rouvrir tous les lieux de culture dans les conditions habituelles. Dans l’intervalle, et ainsi que certains de vous l’ont proposé, il nous semble possible d’élaborer des scénarios permettant de définir, pour les prochains mois, les modalités d’ouverture graduée de vos structures, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. » Tout un programme, dont on ne peut encore bien définir les contours pour l’instant, mais qui devrait être, nous l’espérons, clarifié ces prochains jours. 

Enfin, le Premier Ministre conclut ;  “L’État a été, est et sera au rendez-vous.” Des “mesures de sauvegardes” seront poursuivies en 2021 ainsi que “le plan de relance”. 

Reste à savoir quand les lieux pourront reprendre des activités un tant soit peu normales, alors que le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué le 1er janvier qu’il ne “ne sera pas possible de rouvrir les établissements culturels au 7 janvier parce que le virus circule encore très fortement dans notre pays.” Une évidence pour la majorité des professionnels, qui attendaient le 07 janvier comme la date de mise au point et non de réouverture. Pour l’instant, en l’absence de communication, le secteur s’accroche, sans trop se faire d’espoir, à la date du 20 janvier, initialement prévue pour la fin du déconfinement… 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page