[Presse] « Nous sommes toujours confinés » : la difficile reprise des concerts de musiques actuelles

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Cinq mois après le déconfinement, l’incertitude et les mesures sanitaires freinent la reprise dans le secteur du spectacle vivant musical. 

« De l’activité, ça je peux vous dire qu’on en a ! Quand on doit annuler des concerts, il faut des gens pour le faire et pour rembourser le public… Mais ça ne nous rapporte rien« . Thierry Langlois est « tourneur » ou producteur de tournées : il produit et organise les tournées d’artistes. Comme beaucoup de ses confrères, le directeur d’Uni-T, également délégué du syndicat Prodiss, a dû mettre ses spectacles en pause. « Une grosse majorité des concerts prévus à l’automne ont été reportés ou annulés une bonne fois pour toutes« , souffle-t-il. Globalement, le Prodiss estime que 76 % des dates de concert prévues entre septembre et décembre 2020 ont déjà subi le même sort. « Nous sommes toujours confinés« , estime Olivier Darbois, président du Prodiss et directeur de la société de production Corida (Catherine Ringer, Christine & The Queens, PNL…), qui a également redéployé ses tournées sur 2021.

Concerts debout interdits

En théorie, les salles de spectacle sont pourtant autorisées à rouvrir depuis juin dernier. Dans la pratique, les conditions d’accueil des spectateurs freinent la reprise des tournées. D’abord parce que le public doit être obligatoirement assis, alors que le spectacle à jauge debout représente 50% de l’activité du secteur. Certaines salles ne sont tout simplement pas équipées pour. C’est le cas du Trabendo, à Paris, toujours portes closes. « La situation est déprimante, on est fermés depuis le mois de mars« , avance son cogérant, Alexis Bernier.

« Il y a aussi un aspect culturel« , ajoute Cyrille Bonin, directeur du Transbordeur (Villeurbanne) et membre du comité salles du Prodiss. « Le Transbordeur est une salle de musiques actuelles, avec du hard-rock, du métal, du hip-hop… Les spectateurs sont debout, les uns sur les autres, en sueur. Je ne suis pas sûr que faire un concert avec de la distanciation physique ait un intérêt« . « Sur certains styles musicaux, faire un concert debout est aussi important que d’avoir un bon système son ou un bon éclairage« , confirme Thierry Langlois.

Le casse-tête des zones 

Ensuite, la situation n’est pas la même dans tous les départements. Les mesures de distanciation physique dans les zones rouges obligeraient les salles à accueillir des spectacles à jauge réduite. Problème, cela signifierait fonctionner à perte : « Les jauges imposées en zone rouge ne nous permettent pas la tenue d’un concert d’un point de vue économique« , avance Thierry Langlois. Lire la suite >>

Source : Franceinfo

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page