[Vidéo] Plan de relance, aide au secteur culturel… ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Deux milliards d’euros attribués au secteur culturel

« Dans le plan de relance, la culture au sens large bénéficiera d’une dotation exceptionnelle de 2 milliards d’euros, sur les 100 du plan de relance », a annoncé Jean Castex. Il a qualifié ce « choix politique » d' »inédit« . « Nous pensons que la culture est une activité économique« , a précisé le Premier ministre. Jean Castex a estimé que le secteur culturel avait « beaucoup souffert de cette crise, plus que d’autres« . Il a ainsi assuré que « si les règles sanitaires imposées » aux professionnels du spectacle ne leur permettent pas d’atteindre l’équilibre économique, l’Etat devrait compenser l’écart entre les recettes issues des contraintes sanitaires et ce qui aurait été leur « point d’équilibre ». Jean Castex doit rencontrer avec la ministre de la Culture Roselyne Bachelot les professionnels du spectacle jeudi.

Le masque obligatoire dans les cinémas et théâtres

« On va rendre le port systématique du masque » dans les cinémas et les théâtres, a indiqué le Premier ministre, après un conseil de défense consacré à la crise sanitaire mardi. « Je dis aux Français : allez au cinéma, allez au théâtre, vous ne risquez rien », a-t-il assuré. Jusque-là, le port du masque était obligatoire si les distances de sécurité ne pouvaient pas être respectées.

« On va inverser, sauf dans les zones où il y a une forte circulation virale, où il y aura le cumul des deux obligations. Sinon ce sera surtout le port du masque qui sera obligatoire. »

Plus de dérogation préfectorale pour la jauge maximale de 5 000 personnes

« Il ne sera plus possible à l’autorité préfectorale de déroger » à la jauge maximale de 5 000 personnes « dans les départements rouges, c’est-à-dire où il y a une forte circulation virale », a annoncé Jean Castex, alors que la jauge sanitaire est toujours fixée à 5 000 spectateurs maximum. Le chef du gouvernement a également évoqué le fait qu’on pourrait encore abaisser cette jauge et même « interdire » des spectateurs dans les stades ou lieux de spectacle. « Sachant que, si la circulation virale est forte ou si la configuration des lieux est inadaptée, le préfet peut aussi carrément interdire. Ce n’est pas parce qu’on ne peut plus déroger au-delà qu’on ne peut pas aussi abaisser la jauge, c’est du cas par cas. »

Le 15 août, le préfet de Vendée avait accordé une dérogation au parc du Puy-du-Fou, pour qu’il puisse accueillir plus de 5 000 personnes pour son spectacle de la Cinéscénie. « Ce qui avait été prévu, entre nous de parfait bon sens, c’est que localement, en fonction de la configuration des salles ou des stades, et surtout de la circulation du virus, on puisse déroger, c’est-à-dire aller au-delà de 5 000« , a justifié Jean Castex. « On doit pouvoir quand même dans le Stade de France, en respectant les règles sanitaires, mettre plus de 5 000 personnes. » Jean Castex a également affirmé que le préfet de Vendée « avait donné une dérogation sans instruction de personne et dans les jours qui ont suivi, il a décidé de ne pas reconduire la dérogation. » 

Source : Franceinfo

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page