[Presse] Fête de la musique : l’avatar de Jean-Michel Jarre a joué pour 600000 fans

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Jean-Michel Jarre a donné un concert virtuel en direct sur sa chaîne YouTube. Un écran géant avait été installé dans les jardins du Palais Royal, à Paris.

Avez-vous déjà dansé dans un concert à côté d’une bouteille de lait, Tigrou et Frankestein? Avez-vous déjà applaudi un avatar? Si vous n’avez pas fait cette expérience, c’est que vous n’avez pas suivi ce dimanche soir le concert donné par Jean-Michel Jarre en direct sur sa chaîne YouTube pour la Fête de la musique. Un concert en réalité virtuel annoncé comme une première mondiale par l’artiste français, qui était en live de son studio en banlieue parisienne et se produisait dans un univers parallèle pour de vrais spectateurs équipés chez eux de casques spéciaux.

« Hello avatars ! Let’s party ! Music ! » Avec une vingtaine de minutes de retard, que personne n’est venu lui reprocher, l’expérience étant gratuite, Jean-Michel Jarre, ou plutôt son avatar, est apparu comme incandescent sur le grand écran installé par le ministère de la Culture, qui a soutenu financièrement cette initiative française, dans les jardins du Palais Royal. Dans une salle de spectacles virtuelle, haute en couleurs, le musicien électronique était debout derrière des machines transparentes, au pied d’une sorte de cathédrale multicolore montant vers le ciel.

A 21h40, une petite centaine d’étudiants invités l’attendaient allongés sur des transats pendant que le patron de la société parisienne de réalité virtuelle VRrOOm expliquait en quoi cette expérience était une première mondiale. « D’habitude, les concerts en réalité virtuelle sont pré-enregistrés, résume Louis Cacciuttolo. Ce soir, Jean-Michel est en direct de son studio de Bougival. Il est équipé d’un casque et de traceurs qui permettent d’enregistrer ces mouvements et de les reproduire dans cet univers virtuel. Ce qui est rigolo dans ce monde parallèle, c’est qu’on peut même prendre des drogues virtuelles, qui vous font halluciner. Mais au moins, on ne risque pas l’overdose. » Lire la suite >>

Source : Le Parisien

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page