[Etude] 64% des épidémiologistes américains attendront plus d’un an avant de retourner à un concert

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le New York Times a interrogé 511 épidémiologistes et spécialistes des maladies infectieuses américains sur la reprise de 20 activités de la vie quotidienne, en supposant que la pandémie du COVID-19 et les précautions de santé publique se déroulent comme prévu pour le moment. Mariages, concert, crèches, voyages : ils et elles ont répondu sur leur retour à la normale estimé. 

Ces 511 scientifiques se sont exprimés en se basant sur les données disponibles du mois de mai concernant la pandémie, et aucun ne propose de calendrier prévisionnel sur l’ensemble des territoires. Ils et elles ont aussi été interrogées en tant que scientifiques mais également en tant qu’individus avec leurs entourages sociaux et leur convictions personnelles. 

Pour les événements sportifs, les concerts et le théâtre, 64% des épidémiologistes attendront plus d’un an avant d’y retourner, 16% attendront le printemps prochain et seuls 8% se disent prêts à y retourner cet automne. « Pour moi, c’est un luxe et je peux attendre longtemps avant que les gens puissent se réunir en toute sécurité pour en profiter. Cela dit, je peux et continuerai de soutenir des programmes artistiques comme si j’y participais avec des dons. » Joseph Wagner, École de médecine aérospatiale de l’US Air Force. 

Concernant les voyages en avion (très communs aux Etats-Unis), 37% attendront plus d’un an, 27% sont prêts à reprendre dès l’automne, et 16% attendront le printemps prochain. 

La plupart de ces scientifiques estiment que les activités de plein air et les petits rassemblements allaient être privilégiés, au détriment des rassemblements de foule à l’intérieur. De même, les masques seraient nécessaires pendant longtemps. Pour une partie d’entre eux, aucune de ces activités quotidiennes ne peuvent reprendre avant l’arrivée d’un vaccin, pour d’autres, ce vaccin sera nécessaire uniquement pour la reprise des activités en intérieur. 

Pour l’heure, les Etats-Unis restent le pays le plus touché par la pandémie, et ces réponses doivent être entendues dans le contexte de ce pays, de ses particularités (système de santé), et doivent être nuancés (le nombre de cas confirmés a augmenté ces derniers jours, suite aux manifestations contre les violences policières qui ont eu lieu dans tout le pays ces derniers jours.)

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page