Europe 1 : Franck Riester revient sur les mesures d’aides au secteur culturel

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le ministre de la culture, Franck Riester, était l’invitée de la Matinale d’Europe 1 le mardi 05 mai. 

“La crise que nous traversons collectivement est terrible et tout particulièrement pour le secteur de la culture.” Il est revenu sur les premières mesures d’urgences prises par le gouvernement pour l’économie, et notamment le monde de la culture : accès au chômage partiel, fonds de solidarité pour les artistes-auteurs, et modification d’accès à l’intermittence. 

Concernant les intermittents, Franck Riester a été interrogé sur les mesures futures, et notamment sur la question de l’année blanche : “Nous sommes conscients que ce n’est pas suffisant pour l’avenir et qu’il faut des dispositifs dans la durée. Nous travaillons avec les organisations syndicales, avec Murielle Penicaud, pour trouver un dispositif qui permettra la continuation d’un accompagnement. […] Je ne peux pas vous dire ce matin s’il y aura une année blanche : cela nécessite des évaluations, des discussions, qu’il faudra partager avec le gouvernement.”

Sur la réouverture des cinémas, le ministre a indiqué être en discussion avec la Fédération du Cinéma Français, qui souhaitent aujourd’hui que la réouverture se fasse en même temps, partout en France. “Nous travaillons pour qu’il y ait un accompagnement à cette réouverture et inciter le public à retourner au cinéma, avec des dispositifs d’accompagnement financiers.” 

A propos de la réouverture le 11 mai de “petits musées”, Franck Riester a défini ces musées et monuments historiques, comme des lieux “qui de par leur jauge et surtout de leur rayonnement, ne fassent pas venir des gens de trop loin, […] en dehors de leur département.”. Il a également spécifique que c’était aux propriétaires de ces sites de juger s’ils pouvaient réouvrir en fonction de ces critères et de leur capacité à respecter les préconisations sanitaires. Idem pour les “petits festivals”.

Pour les événements en deçà de 5000 personnes et qui ne nécessitent pas d’autorisation préfectorale, le ministre de la culture a rappelé que la décision de les maintenir ou non sera annoncée le 2 juin. “Notre volonté est de remettre les artistes devant leur public et que ce foisonnement culturel puisse recommencer.” La décision sera évaluée fin mai. 

Des réponses, notamment sur le régime de l’intermittence, qui n’ont pas totalement satisfait les professionnels de la culture. Déjà plus de 190 000 personnes ont signé la pétition “Renouvellement des droits des intermittents du spectacle année noire 2020”, Isabelle Adjani a adressé une lettre ouverte au Président de la République afin de déclarer “l’état d’urgence culturelle”, les attaché.e.s de presse indépendant.e.s ont également adressé une lettre ouverte à Franck Riester et le CNM pour que soit inclue cette profession dans le dispositif d’aides globale. Un collectif d’acteurs culturels, comprenant des personnalités du cinéma, ont également ont également demandé, dans une tribune publiée sur Le Monde, une prolongation des droits des intermittents du spectacle d’une année au-delà des mois où toute activité aura été impossible. 

Le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé dans un tweet qu’il annoncerait des premières décisions pour les artistes le mercredi 06 mai. 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page