[Interview] Lancement de Live A Show : Rencontre avec Alban de Montmarin, fondateur de Placeminute

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

MGB : Quelles sont les raisons et motivations qui vous ont poussé à lancer l’initiative  « Live A Show » ?

Alban de Montmarin : L’idée est venue de notre associé fondateur de Placeminute Canada, il voulait trouver une solution pour que les artistes puissent continuer à proposer des shows à leur communauté mais que les organisateurs puissent aussi proposer leurs événements dans un format virtuel. On est parti de cette idée pour sortir une version béta rapidement et permettre aux artistes de dégager de nouveaux revenus ou de collecter des dons pour des associations.

MGB : A qui s’adresse cette plateforme ?

AM : A toute personne voulant proposer un show en live de chez lui pour l’instant : un chanteur, un comédien, un Dj, un cuisinier ou un professeur…

MGB : C’est une première initiative de ce genre lancée par une billetterie : selon vous, quel est le rôle d’une solution de billetterie pendant ces temps de confinement ?

AM : Les organisateurs et les billetteries sont aujourd’hui dans le même bateau, eux ont les qualités artistiques, nous avons les qualités techniques. Il fallait juste appliquer le même modèle de partenariat en prenant en compte la situation : c’est ce que nous essayons de faire avec Live A Show.

MGB : Quel est le business model? Quelles sont les évolutions possibles de la plateforme ?

AM : Il va d’abord falloir trouver un business model, nous fournissons la plateforme gratuitement pour l’instant vu la situation. Il n’y aura alors d’évolution possible que si nous en avons les moyens.

Néanmoins, La genèse de ce projet est la solidarité, elle restera présente. On a proposé la plateforme au Secours Populaire pour qu’ils puissent proposer à leurs artistes de faire des shows avec billetterie. Je pense donc que l’on aura un modèle à prix réduit pour certaines associations comme le Secours Populaire et un modèle payant, toujours sur le résultat, pour les organisateurs voulant à terme y trouver une rentabilité.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page