[Brève] Olivier Dulac (Sporsora) « le sport représente 1,8% du PIB… »

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Deuxième semaine de confinement…CB News poursuit sa série d’interviews de professionnels de la filière communication, initiée mardi 17 mars. Pour le sport, c’est un choc brutal. Olivier Dulac, président de Sporsora, l’interprofession du sport, s’est prêté à l’exercice. Voici ses réponses.

1) Comment allez-vous chez Sporsora ?

Olivier Dulac : passé le choc, nous essayons d’être constructifs et positifs, malgré l’arrêt total de notre secteur économique. Le sport et ses nombreux acteurs économiques sont en mode pause. Le sport de haut niveau avec les plus grands événements annulés ou reportés, entre autres Roland Garros, Euro2020, GP de Formule 1, Ligue 1 Conforama, Top 14 … et maintenant les Jeux Olympiques et Paralympiques Tokyo 2020. Mais aussi le sport amateur. L’activité physique des français est très contrainte …même si se développent de nombreuses initiatives de sport à domicile. Ce sont les marques partenaires, les détenteurs de droits sportifs (clubs, fédérations, ligues, organisateurs privés d’évènements, athlètes …), les agences et prestataires, les médias …Tout un écosystème est touché. Le sport représente 1,8% du PIB. Dans la mesure où Sporsora fédère tous ces acteurs et organise de nombreux événements, notre activité est, comme vous l’imaginez sans peine, fortement perturbée.

2) Quels sont vos soutiens au niveau de votre ministère de tutelle ?

Olivier Dulac : le ministère des sports est actif au sein de la cellule de continuité économique et sociale pilotée par la direction générale des entreprises à Bercy. Elle dispose de deux relais que sont notre syndicat professionnel des employeurs du sport  (le CoSMoS) et la filière sport. Le secteur du sport est donc en permanence informé des mesures d’aides mises en place. Nous sommes également sollicités pour faire remonter des mesures plus spécifiques à notre activité permettant de maintenir la continuité économique. Notre secteur est composé d’une multitude d’acteurs souvent de taille réduite et dont l’économie est fragile. Nous jouons chez Sporsora, le rôle de relais d’information dans les deux sens.

Lire la suite de l’interview >> 

Source : cbnews.fr

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page