Coupe du Monde de Rugby : viagogo pointe du doigt «l’hypocrisie» du comité organisateur

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La Coupe du Monde de Rugby a démarré le 20 septembre au Japon. Evénement très attendu par les supporters, cette compétition n’a pas échappé à la billetterie secondaire. 

Les organisateurs ont tout de même pris les devants. Sur le site Internet officiel, plusieurs places de marché de revente, comme StubHub, SeatGeek ou Viagogo ont été listés comme des « entités de revente non-officiels ». Les organisateurs ont également prévenu que tous les billets achetés sur ces plateformes « seront considérés comme invalides et inutilisables ». 

Pour contrer la revente spéculative, la Coupe du Monde de Rugby a par ailleurs mis en place un système de bourse d’échange : les billets pour les matchs peuvent être uniquement revendus par ce biais, sans dépasser leur valeur faciale. 

Une décision largement critiquée par Viagogo, qui a déclaré : « La grande majorité des billets pour le Coupe du Monde de Rugby étant destinés à des sponsors, personnalités, marques ou fédérations, la plupart des supporters n’auront pas accès à cet événement. Nous pensons qu’il est injuste et hypocrite de la part des organisateurs d’interdire la revente dans ce cas. En dépit de leurs déclarations publiques, les organisateurs refusent rarement, voire jamais, l’entrée aux clients avec un billet acheté sur Viagogo. Nos utilisateurs peuvent s’assurer qu’aucun vendeur sur notre plateforme ne sera payé avant la fin de l’événement. Tout est fait pour que notre plateforme soit utilisée pour vendre des billets invalides. » 

Rien de surprenant de la part du comité organisateur de la Coupe du Monde de Rugby d’avoir mis en place de tels dispositifs pour éviter la revente spéculative. En revanche, la réponse de Viagogo est une véritable nouveauté. La plateforme, largement décriée dans le monde depuis plusieurs années, sort de plus en plus de son silence, et pointe les dysfonctionnements de l’écosystème de la billetterie mondiale : manque de transparence de la part des billetteries primaires, invitations pour les partenaires, etc. Viagogo, dans sa déclaration, dévoile également son propre système de régulation interne, pour garantir la validité des billets revendus. 

Votre avis sur cette affaire ? Pour en savoir plus sur les dessous de la billetterie secondaire, RDV le 06 novembre au Forum de la Billetterie 2019.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page