[Brève] Festivals : une partition compliquée pour les pros du cashless

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Seulement trois acteurs se partagent le marché français. Mais entre guerre des prix et coûts élevés, difficile de tenir le rythme. 

Ils y sont tous passés. Tout à tour, les grands festivals de musique français ont finalement opté pour des systèmes de paiement cashless (bracelets et cartes NFC, smartphone…). Dernier de la liste : les Eurockéennes de Belfort qui se lancent cette année. Pour les festivaliers, le paiement dématérialisé permet notamment de réduire les queues aux caisses des différents stands (restauration, merchandising…) ou encore de pouvoir recharger du crédit directement depuis son smartphone. Pour les organisateurs, cela signifie moins de cash à gérer, moins de vols et de pertes de caisse et des déclarations comptables plus rapides. 

Derrière ces systèmes cashless se trouvent trois acteurs qui se disputent le marché français : Weezevent (filiale de Veepee), la start-up française PayinTech et le belge PlayPass. Le leader du secteur est sans conteste Weezevent, qui revendique une part de marché avoisinant les 90-95% puisqu’il travaille pour presque tous les gros festivals (exceptés Garorock et Electrobeach, seuls clients français du canadien Intellitix).

Lire la suite >> 

Source : Journal du Net

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page