[Sécurité] Couac pour la billetterie de la Fête de la Musique à Toulouse

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Pour la Fête de la Musique 2016, la ville de Toulouse a décidé d’instaurer un système d’accréditation pour restreindre l’accès du concert, qui sera retransmis en direct sur France 2.

Les 16 000 places sont attribuées par ordre de connexion sur le site Internet : il n’est possible de réserver que 2 billets maximum par personne, et les accréditations sont strictement nominatives.

Cependant, cette décision prise par la mairie de Toulouse dans le cadre du plan Vigipirate n’a pas plu aux Toulousains, et aux associations culturelles, qui ont appelé au boycott de cette soirée.

Résultat ? Le 4 mai, lors de la mise en place de la plateforme de réservation, une attaque informatique a fait tomber le site Internet de la mairie. « Dix minutes avant l’ouverture de la billetterie en ligne, il y a eu 250.000 connexions simultanées provenant d’une source unique », indique la Mairie de Toulouse.

Les 16 000 places ont été réservées, mais reste à savoir par qui : un collectif avait invité les toulousains à prendre d’assaut la billetterie, mais à ne pas se rendre sur place le jour de l’événement.

Un nouveau cas d’attaque et de problème informatique, qui montre bien que la sécurité des sites internet de vente de billets est un enjeu majeur, qui tarde à se développer.

Crédit : Toulouse

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La rédaction

1 réflexion sur “[Sécurité] Couac pour la billetterie de la Fête de la Musique à Toulouse”

  1. Benjamin Fourio

    En l’occurrence il semblerait que soit une attaque par déni de service (DoS) puisque la source du trafic était unique. C’est compliqué mais des mécanismes de défense existes pour mitiger ce type d’attaque.
    Le problème c’est que si la billetterie était hébergée sur le site de la mairie, il y’a fort à parier que ce dernier n’était pas fait pour résister à ce type d’attaque.

Laisser un commentaire

Retour haut de page