[Presse] Coronavirus : La purification de l’air intérieur, la clé de la réouverture des salles de spectacle ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

INNOVATION Alors que des concerts-test vont être organisés pour mesurer les risques de propagation du Covid-19, les dispositifs de purifications de l’air intérieur pourraient être la solution pour rouvrir les lieux publics clos.

  • Après de long mois à l’arrêt, l’espoir d’une reprise de la vie culturelle renaît avec l’organisation prochaine de concerts-test.
  • L’objectif : évaluer les risques de diffusion du Covid-19 dans les lieux publics clos et élaborer des protocoles sanitaires permettant de les limiter au maximum.
  • Le recours à des purificateurs d’air intérieur pourrait représenter une solution intéressante en éliminant quasiment toute la charge virale présente dans l’air.

Retrouver la vie d’avant le coronavirus, redécouvrir le plaisir oublié d’assister à un concert, se plonger au milieu d’une foule de spectateurs et simplement savourer l’instant. Est-ce seulement envisageable aujourd’hui ou dans un avenir proche ? Alors que la vie culturelle est à l’arrêt depuis de longs mois en raison de la pandémie, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a annoncé cette semaine l’organisation de concerts tests, avec du public.

Des expérimentations devraient être menées au printemps par l’AP-HP et l’Inserm, à Paris et à Marseille, pour évaluer les risques potentiels d’une réouverture des salles de spectacle au temps du Covid-19, et imaginer les protocoles sanitaires pour assurer la sécurité du public. Port du masque et dépistage pour tout le monde seront de rigueur. Mais qu’en est-il de la qualité de l’air au sein de ces lieux clos ? N’y aurait-il pas un intérêt sanitaire à le désinfecter pour réduire au maximum les risques de transmission ?

Surrisque de cluster ?

Dans la capitale comme dans la cité phocéenne, le port du masque sera, on l’a dit, évidemment obligatoire pour tous les participants aux concerts, qui se verront également remettre du gel hydroalcoolique, et seront soumis à un dépistage. Roselyne Bachelot a toutefois précisé qu’à Marseille, les cas positifs « ne seront pas filtrés, parce qu’il faut se mettre en situation où il y aura un brassage ». Lire la suite >>

Source : 20 Minutes

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page