[Presse] Billetterie, partenariats et iniquité… le sport français au bord du gouffre après l’annonce du couvre-feu

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le sport français, déjà durement éprouvé par la Covid-19, plonge un peu plus dans la crise avec le couvre-feu institué dans neuf métropoles. Les responsables de clubs amateurs, comme professionnels, pointent du doigt une possible iniquité dans les championnats, la perspective d’une saison blanche et de gros trous dans le budget.

Déjà nettes, les pertes vont s’amplifier pour les sports collectifs, en particulier ceux de salle (basket, hand, volley, hockey sur glace) majoritairement non diffusés et pour lesquels le public est vital. « Économiquement, c’est une catastrophe« , explique ainsi Jean Azema, président des Spacer’s de Toulouse, club de volley d’élite (Ligue A masculine) forcé de disputer ses matches à domicile à huis clos pendant au moins deux semaines.

« On va perdre toutes les recettes de match« , déplore le dirigeant toulousain. « On va surtout perdre des partenariats vu l’absence de visibilité: un match ou deux, ça peut passer, mais là ils vont nous dire ‘écoutez, vu les conditions, on va revoir les contrats et faire ça au prorata des rencontres disputées devant du public’ « .

Si le Fenix, autre club d’élite (handball) de Toulouse, n’a pas opté pour le report de ses premiers matches pour échapper au huis clos, possibilité saisie par Aix-en-Provence également concerné par le couvre-feu, c’est par « besoin de rythme« , explique son président Philippe Dallard. « C’est un choix sportif mais l’économie va vite nous dicter sa loi. Sur les deux prochains matches je rentre zéro euro, ce n’est pas possible d’imaginer ça jusqu’en décembre« , dit le dirigeant qui réclame une aide de l’État. Lire la suite >>

Source : France Tv Sport

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page