COVID-19 : tour du monde des restrictions gouvernementales

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

En France, les restrictions concernant le secteur de la culture, du sport et des loisirs ne s’améliorent pas. Qu’en est-il d’autres pays en Europe et dans le monde ? Tour d’horizon non exhaustif. 

Depuis le 1er octobre, Hong-Kong autorise de nouveau les salles de concerts, les théâtres et les cinémas à ouvrir, en appliquant des mesures de distanciation physique entre les spectateurs. Idem, le parc DisneyLand d’Hong Kong a pu réouvrir ses portes pour accueillir moitié moins de visiteurs. 

En République Tchèque, alors que le pays connaît une recrudescence du nombre de cas, tous les concerts avec des chanteurs sur scène sont interdits depuis le 05 octobre, pendant une durée de deux semaines. Les autres types d’événements culturels (cinéma, théâtre et concerts instrumentaux) peuvent se tenir, avec une jauge de 500 personnes maximum. 

En Ecosse, en plus de l’interdiction des événements, les dernières mesures ont de quoi surprendre : la musique ambiante des bars et des restaurants est interdite. La raison ? L’ambiance sonore pousserait alors les consommateurs à parler plus fort. Et selon une étude britannique, le risque de contamination par aérosols serait plus fort lorsque les personnes parlent fort (ou chantent). Restrictions un peu moins élevées pour l’Irlande du Nord : le volume de la musique dans les bars et restaurants doit être baissée au maximum. 

Aux Pays-Bas, un couvre-feu de 22h a été imposé aux bars et restaurants, comme en Espagne. Les événements sont également interdits : seuls les rassemblements de 100 personnes sont autorisés pour des activités institutionnelles ou liées aux affaires. 

Et enfin, parmi toutes ces mesures restrictives, une éclaircie. Le gouvernement allemand a autorisé la reprise du championnat de football national, la Bundesliga : le premier match a eu lieu à Dortmund dans un stade occupé à seulement 20% de sa capacité. Idem pour 1000 supporters italiens qui ont pu retourner au stade après plusieurs mois sans football pour le lancement de la Serie A. 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page