[Presse] Crise du Covid-19 dans l’évènementiel : Il faut « nous aider à tenir jusqu’en 2021 », demande un représentant du secteur à Bruno Le Maire

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les organisateurs d’évènements vont rencontrer le ministre de l’Economie ce mercredi. Une « réponse spécifique » devrait leur être apportée. « L’année 2020 est finie », alerte Bertrand Biard, président de l’agence de communication « L’évènement ».

Le gouvernement a reçu mardi 29 septembre les représentants des secteurs de l’hôtellerie et de la restauration très touchés par la crise du Covid-19 et par les nouvelles restrictions liées à l’épidémie. Le ministre de l’Économie a assuré que l’aide sera également apportée au secteur de l’événementiel, avec une « réponse spécifique », qu’il précisera ce mercredi lors d’une réunion avec les représentants du secteur. « On va lui demander de nous aider à tenir encore jusqu’en 2021 », annonce sur franceinfo, Bertrand Biard, président de L’évènement, une association des agences de communication événementielle.

franceinfo : Est-ce que vous êtes rassuré par les propos de Bruno Le Maire ?

Bertrand Biard : Plus personne ne travaille dans le secteur [de l’évènementiel]. Il n’y a pas d’évènement aujourd’hui en France et pourtant, il devrait y en avoir. La seule chose qui me rassure dans les propos de Bruno Le Maire, c’est qu’il a compris. Ça fait huit mois qu’on le dit, mais il a compris qu’en fait, un événement, ça ne se produit pas comme on ouvre un restaurant. Il faut des mois pour l’activer et entre le moment où on dit vous avez le droit à une jauge de 1 000 ou 5 000 personnes et celui où on change ces choses là, c’est l’ensemble du crédit confiance qui disparaît et donc c’est l’ensemble des événements qui s’annulent. Aujourd’hui, on pourrait organiser des événements jusqu’à 1 000 personnes dans toute la France. Mais force est de constater qu’aucun client ne veut prendre ce risque.

Vous aviez un espoir d’une reprise à la rentrée. Certaines entreprises avaient maintenu des rassemblements. À quel moment, y-a-t-il eu une bascule et des annulations ?

On a effectivement, fin juin-début juillet, calé avec le gouvernement un calendrier de reprise avec une annonce progressive jusqu’au 1er septembre, date à laquelle tout devrait pouvoir redémarrer. Et patatras ! En août, on est revenus sur cette jauge de 5 000 spectateurs qui a été le redéclenchement, à l’inverse de l’ensemble des annulations.

Parce qu’on parle d’événements qui, pour leur grande majorité, se déroulent dans des lieux clos, à l’intérieur ?

En fait, le problème n’est même pas celui là. Le problème, c’est Lire la suite >>

Source : Franceinfo

 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page