[Presse] Le ministère de la Culture chiffre l’étendue des dégâts du confinement

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Une étude du ministère de la Culture dresse une première estimation globale de l’impact économique du Covid-19 sur le secteur, soit 22,3 milliards d’euros de perte de chiffre d’affaires pour 2020. Parallèlement Franck Riester a précisé avoir déjà mobilisé 5 milliards d’euros pour soutenir ce dernier.

Quel est l’impact économique de la crise du Covid-19 sur les secteurs culturels ? Dès mars, après le début du confinement, le service des études et statistiques du ministère de la Culture a mené l’enquête auprès de 7.800 acteurs pour évaluer l’étendue des dégâts financiers et les conséquences à court et moyen terme sur l’emploi.

Le résultat est édifiant : si moins de la moitié (46 %) des acteurs a recouru au chômage partiel, la crise va engendrer une baisse moyenne de chiffre d’affaires de 25 % au moins en 2020, soit un recul à attendre de plus de 22,3 milliards d’euros.

Avant la pandémie, le secteur affichait un chiffre d’affaires de 97 milliards d’euros pour une valeur ajoutée de 47 milliards. Le poids de la culture était estimé à 2,3 % de l’économie, avec un secteur marchand composé de 79.800 entreprises. Et 635.700 personnes occupaient un emploi à titre principal dans la culture.

Quatre secteurs en première ligne

Le Covid a des conséquences diverses selon les spécialités mais quatre secteurs contribuent à 70 % de cette perte de chiffre d’affaires : l’audiovisuel et le cinéma pour 22 %, le spectacle vivant pour 19 %, les agences de publicité pour 18 % et les arts visuels pour 13 %.

Seuls le jeu vidéo et les plates-formes numériques n’ont pas souffert voire ont profité de la crise. En revanche, l’effet négatif du virus a été significatif pour le livre, la presse, la production audiovisuelle à la fois pendant le confinement et par un retour à la normale très progressif attendu d’ici la fin de l’année. Le Covid-19 s’avère plus néfaste encore et jusqu’en 2022, pour l’édition musicale, le spectacle vivant, les musées, les galeries d’art, le patrimoine et l’architecture victimes de l’arrêt des chantiers.

Chute de 72 % pour le spectacle

Sans surprise, le monde du spectacle est le plus touché, avec une perte de chiffre d’affaires estimée à 72 % en 2020 soit 4,2 milliards – fermeture des salles, annulation des festivals , puis jauges réduites obligent. Lire la suite >>

Source : Les Echos

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page