[Presse] Gerald Beyrand : “Le Covid-19 constitue désormais un risque systémique pour les assureurs

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Alors que l’industrie du spectacle et de l’évènementiel est touchée de plein fouet par la crise du coronavirus, Gerald Beyrand, directeur général de l’agence de souscription Phenomen, fait le point sur la situation et sur les couvertures de ce type de risque. Il revient également sur ses activités et ses perspectives de développement. 

Comment appréhendez-vous les sinistres Covid-19 ?

Aujourd’hui, le risque d’annulation lié au Covid-19 ou aux maladies apparentées au Sras, n’est pas exclu des contrats que nous fournissons aux organisateurs d’évènements. Le risque étant avéré, il n’est plus possible de l’ajouter à un contrat qui serait souscrit depuis le début de la crise.

Ainsi, tout dépend de la date de souscription du contrat et si l’assuré connaissait ou non le risque à la signature. Si le contrat a été souscrit avant l’apparition du virus, les garanties peuvent être activées. Nous avons pris en charge ces derniers temps beaucoup de sinistres.

Même si en parallèle nous continuons de coter pour de futurs évènements et que, en effet, grâce au Lloyd’s qui est notre porteur de risques, nous avons de la capacité disponible, depuis quelques mois une grosse partie des souscripteurs spécialisés (ndlr : des porteurs de risques) ont arrêté de se positionner sur le risque annulation compte-tenu de la situation. Seul le marché des Lloyd’s continue aujourd’hui à souscrire de la même façon.
Donc nous continuons à assurer les évènements à venir sur tous les autres risques, qui ne seront pas à négliger, une fois que la crise du Covid 19 sera derrière nous !

Ce risque sera-t-il désormais exclu des contrats ?

Techniquement, même si ce type de risque est connu au même titre que les autres épidémies, les conséquences sont telles qu’il constitue désormais un risque systémique pour les assureurs, additionnant fréquence et sévérité des sinistres. Donc pour le moment en tout cas, il ne peut être autrement qu’exclu des contrats (on ne peut plus assurer contre l’incendie une maison qui a commencé à brûler). Nous verrons par la suite. Nous avions connu les mêmes interrogations en novembre 2015, alors que le risque terroriste devenait alors une exclusion de nos contrats.

Concernant le Covid, les assurés les plus touchés sont aujourd’hui les organisateurs de festivals, de concerts ou de congrès, les propriétaires de salles de spectacles, etc… Les professionnels de l’audiovisuels (TV, cinéma, etc) sont aussi fortement impactés par des annulations en cascade et l’impossibilité de travailler.

Pour ceux couverts en cas d’annulation lié à un virus – avec un contrat souscrit avant la date d’apparition du virus – ils sont bien évidemment indemnisés et lorsque les évènements sont reportés, les contrats d’assurance restent en place.

Quel impact cette situation aura-t-elle sur les tarifs ?

Les professionnels de l’évènementiel, de l’art et de la culture ont déjà largement été impactés par le mouvement des gilets jaunes l’année dernière ou par le risque terroriste il y a quelques années. Lire la suite >>

Source : New Assurance Pro

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page