La combinaison anti-virus pour les concerts : vraie idée ou science-fiction ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Avec l’arrêt des concerts et des événements du à la crise sanitaire, des initiatives se lancent chaque jour pour continuer à faire vivre des expériences au public, via le livestream, ou pour imaginer un retour plus précoce dans les salles, avec des inventions inédites.

Après le “madge”, la société de production américaine Production Club a imaginé une combinaison anti-virus, le Micrashell. Selon la société, cette combinaison est “facile à contrôler, amusante à porter, désinfectable, et rapide à déployer.” 

La combinaison permet notamment de répondre aux exigences de jauge très limitée pour la réouverture des salles. Même avec des masques, les rapports gouvernementaux des différents pays préconisent un siège sur deux pour les salles de concerts. Et pour ce qui est des concerts sans place assise, la question devient plus épineuse. Comment éviter des mouvements de foule ? Est-ce vraiment possible de placer des spectateurs debouts à des endroits précis ? Des réponses difficiles à envisager. Néanmoins, en France, on a pu voir avec le déconfinement que ces mesures de distanciation sociale ne pouvaient pas être respectées à la lettre, notamment dans les métros et RER parisiens. 

Cette combinaison anti-virus pourrait alors être une solution pour les lieux de concerts ou de soirées. La Micrashell inclut un système de filtration d’air, et un système de ventilation ajustable. Des poches sont également positionnées à des endroits stratégiques pour permettre le paiement et le contrôle d’accès sans contact. Pour permettre l’expérience la plus fluide possible, la combinaison dispose un haut-parleur interne permettant aux utilisateurs de basculer les entrées audio entre les artistes et les fans qui les entourent. Elle comprend également un « système d’approvisionnement » qui permet aux spectateurs de boire et de vapoter sans retirer le couvre-chef.

La combinaison Micrashell a été imaginée pour être vendue directement à des salles ou des clubs, qui pourront ensuite les prêter aux fans pour la soirée. Elle dispose d’ailleurs de loquets qui permettent de la mettre et de l’enlever sans la contaminer. 

Cette combinaison est une idée supplémentaire pour permettre la reprise plus rapide des événements, sans limitation de jauge. Néanmoins, elle pose beaucoup de questions, en termes de faisabilité et de coûts. En imaginant que cette combinaison ait passé l’étape du prototype et soit commercialisée, les lieux accueillant du public auront-ils seulement les fonds nécessaires pour faire l’acquisition de 100, 300, 1500 combinaisons ? Par ailleurs, si l’idée est de prêter ces combinaisons aux spectateurs, il faudrait repenser leur accueil : ouvertures des portes bien en amont, aménagement du site pour réserver un lieu dédié à la location de la combinaison et mise en place de vestiaires, mise en place de processus logistiques pour la récupération et la désinfection des combinaisons contaminées après l’événement… Autant de nouvelles étapes qui peuvent paraître difficiles à mettre en place pour des petites comme des grandes structures.

A votre avis, ce type de combinaison peut-il se développer massivement dans les lieux accueillant du public ? Ou est-ce de la science-fiction pure et dure ?

Source : The Ticketing Business 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page