Interdiction des “grands festivals” jusqu’au 15 juillet : Franck Riester assume ne pas avoir toutes les réponses

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le 13 avril, Emmanuel Macron annonçait l’interdiction des “grands festivals et les événements avec public nombreux” jusqu’à la mi-juillet. Franck Riester a été invité par France Inter le jeudi 16 avril pour clarifier ces dates. 

“Le Président de la République a dit que c’était au minimum pour la mi-juillet pour les grands festivals. Pour les plus petits festivals, à partir du 11 mai, […] il faut voir de quelles manières pourront s’organiser malgré tout quelques festivals. Les grands festivals après la mi-juillet pourront également s’annuler. […] C’est un moment difficile, un moment terrible pour la culture avec ces annulations, et l’Etat et les collectivités territoriales sera à leur côté pour passer cette étape de 2020, peut-être en organisant des festivals différents, et préparer 2021.” a expliqué Franck Riester. 

« On a à préparer, d’ici deux semaines, des éléments pour préparer le déconfinement dans tous les secteurs d’activité. […] La priorité c’est la sécurité des spectateurs, des artistes, des techniciens. Si des festivals sont adaptés à des jauges petites et à la possibilité de s’organiser d’une manière ou d’une autre, qu’il n’y a pas de problème de sécurité, nous les accompagnerons.” 

Cette déclaration a été jugée trop incertaine par les professionnels du secteur, peu satisfait de cette réponse. Dans un communiqué, le Prodiss demande une clarification urgente, sur les définitions des “grands” et “petits festivals”, les conditions d’ouverture de festivals à partir du 11 mai.

Dans une interview accordée au Monde, Franck Riester, “assume de ne pas avoir encore toutes les réponses” Ce sera du cas par cas, en fonction de la jauge, de la discipline (cinéma, arts de la rue, musique…), du lieu (en plein air ou non), de la présence ou pas d’artistes venant de l’étranger (avec la problématique de l’ouverture des frontières), de la capacité à maintenir les distances de sécurité.”

Interrogé au Sénat, lors d’une audition, le Ministère de la Culture, a ajouté : « Evidemment il n’est pas imaginable de penser 3000 personnes dans une fosse, mais si c’est un festival de 50 personnes, où les spectateurs sont dotés de masques, se tiennent à distance d’un mètre et que chacun est responsable, alors on pourra tenir ce festival » 

“Notre rôle, c’est à la fois de faire en sorte que les artistes, intermittents du spectacle, soient le moins impactés possible.” Franck Riester a également annoncé que le fond de solidarité accessibles aux artistes auteurs, dont les critères d’accès ont été modifié sur une période plus longue de 12 mois, est passé de 1 à 7 milliards d’euros. Les dispositifs pour les intermittents du spectacle ont été renforcés pour bénéficier d’une sécurité complémentaire : ils peuvent avoir accès au chômage partiel, et la période de crise sanitaire sera neutralisée dans le calcul des heures des intermittents. Les dispositifs pour les troupes et théâtre seront bientôt annoncés. 

Votre avis sur ces déclarations ? 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page