[Brève] Annulations d’événements en série : comment vont-ils s’en sortir ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Soirée du label Yoyaku au Bourget, Panoramas à Morlaix, Chorus à la Seine Musicale (Boulogne-Billancourt), Tomorrowland Winter à l’Alpe d’Huez… Depuis un premier décret interdisant les rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné le 29 février, suivi d’un second abaissant cette jauge à 1000 annoncé le 8 mars (pour les événements ayant lieu jusqu’au 15 avril), de nombreux concerts, soirées et festivals ont été annulés pour endiguer la propagation du coronavirus Covid-19. Une situation plus qu’inquiétante dans un secteur déjà fragilisé. Mais qui paye vraiment les pots cassés et quelles conséquences financières pour la scène musicale ?

Le 29 février, c’est la stupeur. La nouvelle se répand comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux : les rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné – donc les gros concerts de stades ou les festivals se déroulant en intérieur – sont interdits. D’abord jusqu’au 31 mai, puis jusqu’au 15 avril. Une grosse semaine plus tard, la mesure se fait plus drastique, avec une jauge maximum à 1000 participants, spectateurs, staff et artistes compris. Des mesures qui évoluent presque au jour le jour, une incertitude complète quant aux consignes qui interviendront les prochaines semaines, et des festivals et soirées face à un choix draconien : annuler, reporter, attendre, improviser ? Et croiser les doigts pour limiter les pertes financières ?

Chez Yoyaku, label/disquaire/tourneur/distributeur qui prévoyait pour la première fois une grosse soirée (10 000 personnes étaient attendues) au Bourget le 7 mars, il a fallu réagir vite. “On a bloqué la billetterie dès que l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes est tombée, en espérant être en dessous. En l’occurrence on était un peu au-dessus, alors on a réfléchi à annuler certains billets, mais ça ne paraissait pas être une meilleure solution qu’un report”, raconte le co-fondateur et dirigeant Benjamin Belaga. “Pendant quatre jours, on a croisé toutes les disponibilités entre le Bourget et chacun des artistes pour trouver une nouvelle date qui convienne à tout le monde. Sur l’affiche, il y a Ricardo Villalobos, mais aussi tout le Yoyaku All Stars, des artistes dont on s’occupe en management et booking – on s’est arrangé pour qu’ils soient dispo à cette date, le 11 juillet”.

Lire la suite >> 

Source : Tsugi

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page