Covid-19 : Etat des lieux des acteurs de la billetterie française

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Face à l’épidémie de coronavirus et les décisions gouvernementales concernant les événements en France, les acteurs de la billetterie se mobilisent. 

Selon un premier sondage auprès de la profession, les principaux acteurs de la billetterie ont enregistré le dimanche 29 février, lendemain de l’annonce d’annulation des événements de plus de 5000 personnes, une baisse de 17% des ventes de billets. Par ailleurs de nombreux remboursements sont en cours, suite à l’annulation de salons et de grands concerts. 

Sur la journée du 02 mars, la plupart des solutions de billetterie enregistrent une chute significative de réservations entre -40 et -50% au niveau national. Les revendeurs parisiens enregistrent une baisse de réservation plus mesurée, entre -25 et -45%. [Mise à jour le 6 mars : Sur la semaine les baisses sont de l’ordre de -40 à -60% au niveau national et -40 à -50% en région parisienne]

Des acteurs de billetterie craignent ainsi des futurs problèmes financiers, suite à l’avance de trésorerie à certains producteurs.

La plupart des revendeurs enregistre également une augmentation d’achats de billets avec une assurance. La plupart des achats sur portent sur la semaine en cours, mais peu au-delà, reflétant bien l’inquiétude des clients finaux sur de potentielles annulations. 

Mardi 02 mars, Philippe Chapelon, délégué général du SNES, était l’invité de la Matinale d’Europe 1, est revenu sur les conséquences du stade 2 du plan de prévention du gouvernement. « La difficulté vient que les annonces faîtes par le gouvernement samedi ont jeté le trouble et une incompréhension : pourquoi le spectacle vivant est directement touché par rapport à d’autres secteurs comme le sport ? » Deux réunions ont déjà été organisées avec le Ministère de la Culture concernant les « inquiétudes » des acteurs du spectacle vivant, qui ont demandé des clarifications sur cette restriction. 

Côté assurances, les annulations d’événements dues à un arrêté préfectoral concernant la Covid-19, ne sont couverts que par des contrats signés seulement avant le début de l’épidémie, déclaré par l’OMS entre le 13 et le 16 janvier. Philippe Chapelon a précisé que « le Ministère de la Culture a promis [aux producteurs] d’appuyer au niveau des assureurs, pour que les conditions d’annulation puissent être prises en charge. » 

Le Ministère de la Culture s’est aussi tourné vers le CNM pour commencer à évaluer le préjudice des entreprises, pour savoir de quelle manière un soutien pourra être organisé. « Le soutien est indispensable pour ces petites entreprises », a précisé Philippe Chapelon. « On espère qu’on pourra voir un fonds d’urgence, sur le modèle de ce qui avait été mis en place au moment des attentats de 2015. » 

MGBMag by MyOpenTickets organise, en partenariat avec le SNES (Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacles), Ticketmate, Seyna et Ovatio by AON Assurances, une rencontre exceptionnelle sur le sujet du coronavirus, le lundi 09 mars à partir de 18h, au sein de l’incubateur de la Banque Postale Plateform 58 à Paris, à destination des représentants des acteurs du spectacle vivant, de l’événementiel et de la billetterie. Pour toute demande de participation, veuillez nous en faire la demande sur event@myopentickets.com (places limitées).

Cette rencontre permettra de mutualiser les informations, d’imaginer des scénarios sur la baisse des ventes, de définir un discours commun à destination des organisateurs/clients finaux et d’échanger sur les contrats d’assurance, en cas d’annulation ainsi que la question des aides financières prévues par le gouvernement aux entreprises du secteur.

Un compte-rendu sera publié sur MGBmag.fr et auprès de nos réseaux partenaires.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page