Seuls 23% des bénéficiaires du Pass Culture l’ont utilisé depuis le lancement

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

En février dernier, le Ministère de la Culture lançait en grande pompe le Pass Culture : un chèque de 500 euros pour les jeunes de 18 ans, à répartir en biens et activités culturels dans leur région.

Ce dispositif est pour l’instant testé dans 14 départements, sur une population de 150 000 jeunes, et le Ministre de la Culture vient de publier les premiers chiffres : « il y a eu une montée en puissance très forte. Nous sommes aujourd’hui à 35 000 jeunes connectés au Pass Culture. » Soit seulement… 23% des bénéficiaires. 

Par ailleurs, plusieurs députés se sont interrogés sur le taux de consommation : le montant moyen dépensé est de 94 euros sur les 500 euros prévus. Au lancement du pass Culture, qui permet notamment d’avoir accès à des plateformes de streaming vidéo ou musical, Franck Riester a déclaré que c’était « essentiellement les livres qui sont achetés par les jeunes mais aussi les spectacles ». 

Mais là encore, selon l’enquête de Mediapart, les dépenses de livre se dirigent « surtout vers les classiques programmés dans le cadre scolaire. » Le reste est attribué vers la plateforme de streaming Deezer, qui tire ainsi son épingle du jeu. 

Le taux d’adoption du Pass Culture sont un peu décevants par rapport à l’offre annoncée. Et continue de décevoir au niveau de la SAS, crée en juillet dernier. La première « start up d’Etat », a vu un de ses conseillers, Eric Garandeau, démissionné, après la révélation de sa rémunération par Mediapart (6000 euros par mois, pour un emploi à tiers-temps). Damien Cuier, le président de la SAS, toucherait également 170 000 euros par an. 

Par ailleurs, la SAS a été créé dans le but de trouver des fonds privés pour financer le Pass Culture, dont le budget est estimé à plus de 34 millions d’euros par an. Fonds privés qui ne sont jamais arrivé, et avec le faible taux d’adoption du Pass Culture chez les jeunes, seul 1 million d’euros de retombées ont été générées. 

Quelle suite ? Le ministère de la culture a annoncé une grande campagne d’information auprès des jeunes de 18 ans. Autre piste : « Pour dégager des ressources propres, nous sommes toujours à la recherche de partenaires et nous allons, en 2020, travailler à la commercialisation, en marque blanche, de la licence technologique que nous avons créée, qui associe billetterie et géolocalisation », a expliqué la SAS Pass Culture au Monde. L’algorithme qui permet également de proposer des nouveautés culturelles aux jeunes sera opérationnel au premier semestre 2020. 

A suivre… 

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page