Quel état du marché de la musique en live en Suisse ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

IQ Magazine a réalisé un focus sur le marché du concert et des festivals de musique en Suisse.

Avec un marché estimé à 515 millions d’euros en 2017, la plus grande crainte des promoteurs et professionnels du live concerne la saturation du marché : certains promoteurs ont ainsi réduit le nombre de dates en Suisse pour attirer plus de monde. Côté festivals, même constant : le Paléo Festival remarque une baisse de 10% de ses ventes de billets, dû à la saturation du marché de loisirs. Même saturation pour les grandes salles de spectacles : plusieurs stades sont désormais disponibles pour des concerts internationaux, et la PETZI milite pour que les promoteurs n’abandonnent pas les plus petits clubs.

Pourtant, Matt Schwarz, COO de Live Nation GSA constate que « la vente des billets est exceptionnelle et continue de croître. » Les artistes internationaux sont présents et prêts à rencontrer un public demandeur.

En revanche pour Stefan Matthey de Good New, les tendances musicales ont changé : le public est au fait des derniers sorties et des derniers hits. « Il fallait auparavant trois ans pour que les tubes arrivent en Suisse, et une vague de groupes suisses apparaissait mais n’allait nulle part parce que le monde était déjà apssé à autre chose. » Grâce aux plateformes de streaming et aux nouveaux usages, les nouveautés arrivent plus vite aux oreilles du public, et des groupes suisses émergent sur la scène internationale.

Concernant la billetterie, certains promoteurs remarquent une baisse des prix des billets : « une bonne chose pour le public. » En effet, selon des études récentes, le prix moyen du billet en Suisse est de 61€ contre 29€ en Allemagne par exemple. Eventim est le premier fournisseur de billetterie dans le pays avec 60% de part de marché devant Starticket, Eventfrog et Ticketmaster (3%). 

Vous pouvez retrouver l’intégralité du dossier d’IQ Magazine ici.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page