BOSS ACT : les parlementaires américains veulent plus de transparence sur le marché de la billetterie

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

En 2016, les Etats-Unis interdisaient l’utilisation de bots dans l’industrie de la billetterie, avec le Bots Act.

Trois ans plus tard, des parlementaires républicains et démocrates souhaitent aller plus loin pour encadrer la billetterie primaire et secondaire avec le BOSS (Better Oversight of Secondary Sales and Accountability in Concert Ticketing) Act.

Ce projet de loi vise à rendre plus transparent le secteur de la billetterie, avec des nouveautés pour les billetteries primaires et secondaires. Les vendeurs primaires auraient l’obligation de mentionner le nombre de billets mis en vente, d’indiquer le prix final du billet dès le début du tunnel d’achat. Les billetteries secondaires devront indiquer la provenance des billets notamment s’ils sont issus du vendeur primaire, de la salle, de l’entourage de l’artiste. Dans ce cas, il sera interdit de revente le billet au-delà de sa valeur faciale.

Cette loi avait déjà été pensée en 2009, puis remise au goût du jour en 2016, mais n’avait jamais été votée par les instances représentatives américaines.

« Le marché de la billetterie, qui vaut 9 milliards de dollars en 2019, ressemble au Far West : il n’y pas de régulation et d’encadrement, et des acteurs peu scrupuleux gagnent de l’argent en arnaquant les publics. Le Boss Act imposerait une réglementation stricte et de la transparence sur le marché de la billetterie, pour que les fans puissent acheter des billets à un prix abordable et se rendre à des événements sans craindre de se faire arnaquer. », a déclaré Bill Pascrell Junior, représentant du New Jersey,

Ce projet de loi ambitieux, et notamment les propositions concernant la provenance des billets du marché secondaire, vise clairement des entreprises comme Live Nation et Ticketmaster, qui ont le monopole du secteur de la billetterie aux Etats-Unis. Bill Pascrell s’était déjà opposé à la fusion de ces deux entreprises et, a récemment demandé une enquête sur « la corruption du marché » de Ticketmaster. Nul doute que l’entreprise fera lobby contre son adoption…

Source : Ticket News

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page