[Tendance] Aux Etats-Unis, la reconnaissance faciale dans le secteur événementiel continue de se développer

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

L’année 2018 a été marquée par le déploiement d’outils de reconnaissance faciale dans le secteur de l’événementiel. Que ce soit pour faciliter le contrôle d’accès ou renforcer la sécurité, ce dispositif est développé à la fois par des promoteurs ou des salles.

Dernièrement, la chanteuse Taylor Swift a également déployé cette technologie dans ses concerts, afin de permettre l’identification de ses harceleurs pour les empêcher d’accéder dans l’enceinte de ces concerts.

Déployé en décembre dernier dans un stade de Los Angeles, le visage des fans a été scanns avant l’arrivée de la pop star sur scène. La société ISM Connect a en effet déployé son dispositif « FanGuard » : lorsque les fans regardaient les images diffusées sur un écran géant, une caméra invisible scannait leurs visages, qui étaient retransmis à une base de données.

L’utilisation de « FanGuard » d’ISM Connect n’est pas nouvelle : le dispositif a déjà été utilisé dans des centres commerciaux ou des stades de la ligue de baseball aux Etats-Unis. ISM Connect aurait collecté des données démographiques sur plus de 110 millions de spectateurs dans plus de 100 salles.

Cet outil de reconnaissance faciale peut également être utilisé pour un objectif commercial. Sur son site Internet, ISM Connect écrit même : « Nos produits améliorent et assurent la sécurité d’événements, tout en fournissant aux annonceurs une plateforme immersive, sans friction, pour se connecter à ses ambassadeurs de marque. » En effet, en analysant le comportement de personnes dans une enceinte sportive ou une salle de concert, il serait désormais possible de mieux comprendre qui sont-ils et d’inventer de nouvelles manières de les toucher.

Une technologie qui s’annonce donc prometteuse. Mais qu’en est-il de la protection des données ? Dans le cas de la reconnaissance faciale utilisée par Taylor Swift, les images captées étaient envoyées à un centre de commande dédié. ISM Connect avance également ne pas posséder les images, ne pas les garder, et souligne que les personnes concernées sont averties qu’elles sont potentiellement filmées. Aujourd’hui, avec les caméras de sécurité implantées un peu partout, le grand public se sait filmé. Mais ne sait pas forcément que ses images sont analysées à des fins marketing.

La technologie de reconnaissance faciale à grande échelle a vu le jour aux Etats-Unis. En Europe, avec la mise en place du RGPD en mai 2018, le déploiement de ces outils semble délicat à implanter : le public devra être avertis sciemment qu’il est filmé et pour quelles raisons. Mais on peut imaginer que ce n’est qu’une question de temps avant que la reconnaissance faciale soit adoptée à grande échelle…

Source : The Guardian

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page