[Brève] Les festivals de musique étouffés par la hausse des coûts

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Rock-en-Seine fera-t-il le plein ? Rien n’est moins sûr. Il n’est pas le seul grand festival de musique actuelle pour lequel il y a du vent dans les voiles. Cachets en hausse, concurrence féroce, prise en charge des coûts de sécurité, le secteur est-il en mutation ?

L’historique Rock-en-Seine se déroule les 24, 25 et 26 août 2018. Il est désormais détenu à moitié par le promoteur AEG. Paris Summer Jam, dernier né chez Live Nation se déroule également le 24 août. La concomitance ne ces événements concurrents fait débat depuis l’annonce des dates et des artistes programmés. 

Pendant qu’au parc de Saint-Cloud, Rock-en-Seine ouvrira sa 16e édition avec un plateau qui fera la part belle au rap (PNL, Die Antwoord), Paris Summer Jam proposera une affiche hip-hop très relevée (Kendrick Lamar, N.E.R.D,  IAM) à dix kilomètres de là, dans l’U Arena de Nanterre.  

L’enjeu est le même pour chacun : attirer 40 000 personnes, à 50 euros la soirée pour Paris Summer Jam, à 59 euros (39 euros en tarif réduit) pour Rock-en-Seine qui proposera en outre  une vingtaine d’artistes en plus tels Mike Shinoda, The Limiñanas, Carpenter Brut, preuve qu’il y aura aussi du rock et de l’électro.  Lire la suite >

Source : France Inter

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page