[Communiqué] La Fair Ticketing Alliance publie un Code de Bonne Conduite pour le marché secondaire

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La Fair Ticketing Alliance, association britannique qui regroupe les plateformes de billetterie secondaire, vient de publier un Code de Bonne Conduite, destiné à engager la confiance avec les fans, et d’élever les standards éthiques du secteur.

« Nous pensons qu’il existe une place légitime pour la billetterie secondaire dans l’écosystème global. Ce marché est florissant, car les consommateurs apprécient le choix, la commodité et les garanties qui ne sont pas disponibles sur le marché primaire. Mais nous savons que nous devons nous comporter de manière responsable afin de renforcer la confiance des spectateurs dans nos activités, et éliminer les acteurs véreux et générer de nouveaux achats de la part des fans. »

Ce Code de Bonne Conduite s’appuie sur plusieurs piliers : le client est roi, des principes d’intégrité morales, une obligation de transparence, un marché en conformité avec la loi (encore heureux !), une obligation de confidentialité, de protection de données et de sécurité des informations (encore heureux, bis) et de la coopération avec le gouvernement.

Plus précisément, ce Code de Bonne Conduite indique que les membres de la Fair Ticketing Alliance doivent adhérer aux recommandations de l’Autorité de la Concurrence britannique, qui oblige les revendeurs à décliner toutes les informations concernant leurs billets. Par ailleurs, les membres ne doivent pas héberger des billets dont les profits vont à des œuvres caritatives, ni acheter des billets d’un événement auxquels la revente est limitée par le promoteur, l’artiste ou la salle.

En cas de non-conformité à ce code, les membres de la Fair Ticketing Alliance seront exclus de l’association.

Ce Code de Bonne Conduite permet d’encadrer le secteur secondaire, très souvent critiqué, et met en lumière la place légitime de ce marché. Il montre également que les acteurs secondaires peuvent devenir des alliés du marché primaire, et que l’écosystème de la billetterie peut travailler en bonne entente, sans dichotomie entre les deux espaces. Quel est votre avis sur cette question ?  

La rédaction

Laisser un commentaire