Bad buzz pour Eventbrite et ses conditions générales

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Eventbrite a récemment mis à jour ses conditions d’utilisation et de vente, avec un paragraphe qui laisse à désirer.

Tous les utilisateurs de la plateforme d’Eventbrite « accordaient la permission à Eventbrite d’entrer sur les lieux de l’événement avec des équipements et du personnel dédié à l’enregistrement vidéo et la photographie des événements. » Par ailleurs, Eventbrite s’accordait l’entière possession de ces photos ou de ces enregistrements et se réservaient le droit de les utiliser et de les exploiter de n’importe quelle manière, sur n’importe quel média, sans avoir à en informer l’organisateur de l’événement.

L’organisateur accordait donc à Eventbrite le droit d’utiliser le nom, la marque de l’événement. L’organisateur était également responsable, quel qu’en soit le coût, de l’accord des participants à être filmés.

Suite à cette découverte, plusieurs organisateurs et activistes américains ont fait pression sur Eventbrite pour changer les conditions d’utilisation de son service. Eventbrite a ainsi reconnu que « les termes utilisés dans cet accord étaient impliquaient une réalité beaucoup plus importante que nécessaire » et que les conditions d’utilisation et de vente allaient être revus. La partie qui concerne l’enregistrement et la photographie des événements a été récemment supprimée.

Actuellement, la plupart des services en ligne mettent à jour leur conditions générales d’utilisation et de vente soit pour rassurer les consommateurs après le scandale Facebook/Cambridge Analytyca, soit pour se rendre conforme au RGPD, qui sera en vigueur à la fin du mois en Europe. Ce bad buzz montre à quel point les CGU et CGV ne sont jamais lues… Tellement jamais lues, qu’il se trouve que la plupart des self-services étrangers qui commercialisent en France ne sont pas en conformité avec les lois spécifiques à la billetterie en France. A bon entendeur.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page