[Interview] Rencontre avec Alex Artun de ePassLive : quelle futur pour la distribution de billetterie ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Peut-on parler de « tendances » dans les modèles de distribution en billetterie ?

Point de vente ? Internet ? Blockchain ? Offres spécialisées / packagées ? Local ? National ? International ? Ventes réseau et/ou ventes en marque blanche ?

Voici bien des questions que l’on se pose tous chaque jour en tant que distributeur (et distribué) ! Je me suis aussi souvent posé ces questions et une discussion de plus sur ce sujet, cette fois avec Alex Artun (président de Rosemarie Records) m’a amené à une réflexion comparative : la distribution de billets peut-elle être comparée à la distribution de grande consommation ?

Si l’on se penche un instant sur la distribution de grande consommation : il y avait l’ère du petit commerce spécialisé (un lieu = un type de produit) puis est arrivée la grande distribution (un lieu = plusieurs types de produits). Les tendances du moment confirment un reversement de situation. En 2015, le commerce de proximité représentait 7,3% des ventes en France versus 6,7% en 2014 (source LSA conso). On achète en point de vente physique ou sur internet et on achète local. Est-ce que cela signifierait que l’on a atteint l’ère du « un lieu de vente = les produits essentiels ? » Qui est à l’origine de ces mutations ; la data ?

infographie-distrib-credit_laurent-jacquart

Mais alors, qu’en est-il dans la billetterie ?

Je suis allé à la rencontre d’Alex Artun, président du label Rosemarie Records et créateur de la solution de billetterie « ePass live » à Montréal.

Rosemarie Records c’est 13 ans d’existence en tant que label, boîte de production et de gestion de tournées.

Pour Alex, c’est aussi le souvenir d’une billetterie manuelle. « Tes statistiques sur tes ventes ? C’est tes ventes elles-mêmes, tu ne te pose pas la question de savoir d’où vient ton public, ce qu’il aime, ce qu’il souhaite voir, etc. »

Puis c’est le souvenir des revendeurs de billetterie. « Tes statistiques de ventes ? Elles sont en croissance c’est assuré. Mais tu ne te pose toujours pas la question de savoir d’où vient ton public, etc. »

Alors il lui est venue une idée, une envie, un objectif : créer une billetterie qui répond à son besoin en tant que producteur, parfaitement adapté à ce marché, intuitive et simple. Une première version de ePasslive est mise en production, et en 2018, une deuxième version voit le jour, en version responsive.

Plus qu’une billetterie, ePasslive se veut maintenant être également un réseau social d’organisateurs et d’acheteurs qui permet de créer ton profil, associer ses événements, partage ses achats, ses préférences, etc.

La plateforme offre l’avantage d’être très simple d’utilisation, pour l’organisateur qui est autonome dans son paramétrage qu’il soit artiste, salle et producteur de musique et festival, et pour l’acheteur qui obtient ses billets en quelques clics et peut relayer les infos sur les réseaux sociaux, etc.

« Un tarif peu élevé (1$ + 3% du prix d’achat) et cerise sur le sundae (comme on dit chez nous au Québec) : vous êtes propriétaires de vos données, vous les visualisez en temps réel et vous disposez d’un ensemble de statistiques adaptées à votre métier de producteur, d’artiste ou de gestionnaire de salle. » Plusieurs autres modules sont promis pour les prochains mois, à suivre !

Allez, je file acheter des billets de spectacle ! Mais… sur cette plateforme qui me propose une variété de spectacles dans ma ville et ailleurs, ou sur cette plateforme qui me propose un type de spectacle à côté de chez moi ? Ou peut-être encore ce spectacle que mes proches m’ont partagé sur les réseaux sociaux. Hum, au fond le bonheur est peut-être bien d’avoir le choix !

Mais alors selon vous, quel est le chemin que prendra la distribution demain ?

Laurent Jacquart

Laisser un commentaire

Retour haut de page