[Etude] L’Opéra de Lyon analyse ses retombées économiques

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

L’Opéra de Lyon, deuxième opéra de France après celui de Paris, a publié une étude sur les retombées économiques générées par son activité, réalisée par le cabinet Nova Consulting.

L’Opéra de Lyon, subventionné, bénéficie d’un budget de 38 millions d’euros, dont 28 millions pris en charge par le Grand Lyon, l’Etat et la région Rhône-Alpes. Pour un euro de subvention, l’institution génère 80 centimes d’impact économique des spectateurs (dans les restaurants et hôtels alentours), et deux euros d’impact économique de l’institution, qui fait vivre les sous-traitants locaux. Pour un euro de subvention, 3,10€ de chiffre d’affaires touristiques sont générés. En effet, 60% des spectateurs consomment autours de l’opéra de Lyon, et l’Opéra a généré 80 millions d’euros d’impact économique total.

Cette étude a pour objectif de montrer l’importance d’une telle institution dans le paysage français, et de « briser les tabous à ne pas parler des retombées économiques » des institutions culturelles françaises, explique Serge Dorny, le directeur de l’Opéra de Lyon. Cette étude, unique en France pour une institution de cette envergure, révèle également « une entreprise économiquement saine et rentable, […] qui s’impose comme un moteur pour l’économie locale. »

Cette étude permet également à l’Opéra de mieux connaître son public : l’âge moyen des spectateurs est de 47 ans, les spectateurs interrogés vont plus de 4 fois par an à l’Opéra, et consomment 4 fois plus d’événements culturels que la moyenne des français.

Pour retrouver en entier l’étude « L’Opéra National de Lyon, une institution en marche »

Crédit : Opéra de Lyon

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page