[Etude] La carte des festivals de France en 2014

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Une étude sur les festivals en France en 2014 effectuée par le CNV (Centre National de la chanson, des Variétés et du jazz), l’Irma et le Sacem a été publiée ce 28 avril 2015. À l’heure où les festivals sont en vogue dans le pays, la création de 44 nouveaux festivals en 2014 n’empêche pas la suppression d’autres mais permet l’élargissement et le renouvellement d’une palette de genres musicaux proposés déjà large.

Les différents organismes chargés de recenser les festivals en métropole ont une conception bien précise du festival: ce sont des représentations périodiques qui mettent en scène plusieurs artistes autour de programmations identifiées et dédiées à un genre musical tel que le jazz, l’électro, le rap, le pop, le métal, le rock, les musiques du monde/traditionnelles, le reggae, ou à une thématique. L’étude nous apprend que 1615 festivals se sont déroulés sur le territoire français en métropole sur l’année 2014. Parmi ces 1615, 29% concernent le jazz, le blues et les musiques improvisées (soit 469) et se concentrent majoritairement en Ile-de-France. À proportion égale, 29% concernent la musique amplifiée et la musique électro (soit 464) et se concentrent majoritairement en Ile-de-France et dans la région Rhône-Alpes. Ces deux genres musicaux représentent les 2/3 des genres représentés dans les festivals français. En troisième position, on retrouve les chansons et musiques traditionnelles/du monde qui occupent 18% des festivals (soit 284) et qui se situent relativement plus au Sud et à l’Ouest. Pour ce qui est de la situation géographique, on constate que certaines régions telles que la Provence Alpes Côte-d’Azur, le Rhône-Alpes et l’Ile-de-France sont mieux desservies que d’autres avec plus de 162 festivals pour chaque, dépassant la moyenne de 70 par région, alors que le Limousin et la Haute-Normandie ne comptent pas plus de 28 festivals par an.

Globalement, le Sud et l’Ouest sont mieux desservis (entre 44 et 116 pour chaque région) que le Nord et l’Est (de 28 à 77 pour chaque région).

L’excuse du temps rude en hiver conforte les quelques 63 festivals qui ont lieu, surtout en région d’Ile-de-France, alors que, sans surprise, la saison favorable aux festivals reste l’été, avec une part de 52% par rapport au reste de l’année. Ces 845 festivals estivales atteignent leur pic en juillet avec 422 festivals.

La moitié des festivals durent entre 1 et 3 jours et seulement 8% durent sur un mois et plus. Par ailleurs, 48% des festivals considérés comme « nouveaux » ont moins de 10 ans, alors que les festivals ancrés dans la culture traditionnelle et qui traversent les générations sont de l’ordre de 19%. Le renouvellement du public et de l’esthétique nécessaire entre les différentes générations explique la disparition progressive des anciens festivals.

Pour 2016, les prévisions annoncent que plus de 117 festivals, voire 170 pour d’autres régions, en moyenne par région ouvriront leurs portes dans le Sud, alors que pour le Nord, les chiffres n’excèdent pas les 116 par région.

Retrouvez l’étude complète ici

Crédits : Sacem, Irma et CNV.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page