[Vidéo] « Ils sont en train de nous tuer » : l’humoriste Popeck en larmes en évoquant la fermeture des salles de spectacle

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les artistes n’en peuvent plus. Voilà plusieurs mois que les salles de spectacle, théâtres et cinémas sont fermés alors que le secteur avait déjà connu des moments difficiles lors de la première vague. Pour ce début d’année 2021, les Français espéraient un retour progressif à la vie normale grâce à l’arrivée du vaccin. C’était sans compter l’apparition de nombreux variants et une organisation chaotique de la campagne de vaccination. Certains médecins ont beau appeler les personnes fragiles à se faire vacciner, il n’y a pas assez de doses dans les centres. Depuis quelques mois, les comédiens sont nombreux à s’insurger face au silence de la ministre de la Culture dont le secteur est totalement à l’arrêt. Invité sur le plateau de Non Stop People dans L’Instant de Luxe, l’humoriste Popeck s’est tout simplement effondré.

« On donne du bonheur au public, pas aux médias, au public. On est des marchands de bonheur quoi et ils sont en train de nous tuer. A l’âge que j’ai, si dans deux ans je joue, ça sera trop tard voilà », a expliqué l’humoriste, trop ému aux larmes pour finir sa phrase. « On est en train de tuer le spectacle, parce qu’on donne du bonheur au public, le public il a besoin de se distraire (…) On est mort. C’est difficile pour les gens qui ont 85 ans. Quand on entend qu’il faut s’auto-confiner, t’as envie de casser la télé », a ajouté Popeck qui en profite pour critiquer « tous ces médecins anxiogénistes, il y sont pour quelque chose. Je les em***de, je leur survivrai ». Lire la suite >>

Source : programme-tv.net

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page