ILMC 31 : quelles sont les tendances et les préoccupations de l’industrie du spectacle vivant ?

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

L’International Live Music Forum (ILMC) 31, le rendez-vous annuel dédié à l’industrie du live s’est déroulé du 5 au 8 mars dernier à Londres. Plus de 1100 professionnels se sont rendus à cette 31ème édition sur le thème de la magie.

IQ Magazine a réalisé des comptes-rendus détaillés des conférences proposées lors de l’ILMC 31 : MGB Mag vous propose le résumé de ces talks inspirants.

Cette année, le Forum s’est ouvert sur le Brexit, l’une des préoccupations des professionnels du live. Selon l’accord signé entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni, la donne pourrait changer pour les promoteurs européens : l’industrie du live britannique représente pour certains 25% du business en Europe, et la hausse ou la baisse du cours de la livre sterling pourrait compliquer les choses.

Le prix des billets pour les concerts a également été un sujet de discussion pour les intervenants du Forum. Pour Detlef Kornett, CMO de DEAG, « 20% de la population allemande ne peut pas payer des billets de concerts ». « Nous augmentons constamment le prix des billets : les artistes veulent plus d’argent, les salles veulent plus de revenus. Les prix vont atteindre un certain niveau avant que le public et les professionnels stoppent l’augmentation. », a déclaré John Giddings de Solo Agency.

Le cachet des artistes est également un sujet qui a été évoqué pendant l’ILMC 31, alors qu’ils ne cessent d’augmenter. Comment garantir des cachets suffisants pour tous les artistes, qu’ils soient des têtes d’affiche ou des artistes indépendant ? De plus en plus de festivals ont du mal à faire venir des grands noms de la musique à cause de l’augmentation du prix du billet que cela induit. Pourtant, de plus en plus de festivals mettent d’abord en avant l’expérience du public, plutôt que la musique : mais est-ce tenable à long terme ? Et quelle communication adopter en cas de crise ? Le marché des festivals est en saturation pour certains promoteurs, avec les mêmes artistes programmés pendant toute une saison.

Même constat pour les salles qui mettent en avant la dimension événementielle des concerts et se pose la question de la saturation de l’offre, alors que de nouvelles arenas sont en construction en Allemagne, à Londres, etc. Par ailleurs, la proportion grandissante des grandes salles fait ainsi de l’ombre aux plus petites salles : comment ces deux écosystèmes peuvent-ils s’entraider et quel est le rôle des acteurs de la billetterie par rapport aux salles indépendantes de petite jauge ?

Tim Chambers a également animé un panel dédié à la billetterie : aujourd’hui, le marché reste opaque pour le consommateur, ce qui permet aux sites de billetterie secondaire de prendre l’avantage. La tarification dynamique et la mise en place de package VIP seraient donc des moyens de reprendre le contrôle. Mais certains promoteurs prônent la précaution : il ne faut pas que les fans se sentent floués avec des billets trop chers. Enfin, sur les outils de communication directe avec les fans, les promoteurs privilégient les réseaux sociaux et la newsletter. Mais certains regrettent que les données de billetterie soient la chasse gardée des distributeurs comme Ticketmaster, lorsque les artistes n’utilisent pas leur propre logiciel de billetterie.

Enfin, dans une ère de changement, la question de la diversité au sein de cette industrie du live et du bien-être des professionnels et des artistes a également été mentionné : quid de la représentation des femmes, des personnes non-blanches ou de la communauté LGBTQ+ au sein des équipes ? Comment prendre en compte la santé mentale des artistes ?

La prochaine édition de l’ILMC aura lieu en automne à Londres.

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page