[Brève] Le « cashless », monnaie courante et business juteux pour les festivals

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Payer sa bière ou sa galette saucisse en « cashless » est devenu monnaie courante dans les festivals. Ce système réduit l’attente et sécurise les transactions mais les modes de remboursement et la possible exploitation des données font grincer des dents.

« Le cashless (sans espèce) est rentré dans les moeurs, c’est comme le paiement sans contact à la boulangerie », explique Carol Meyer, directrice du festival Art Rock à Saint-Brieuc qui est passé en 2016 à la démonétisation sous forme de carte à puce puis au bracelet rechargeable qui sert aussi de ticket d’entrée.

« Avant, on se retrouvait avec une poignée de jetons dans une poche pour payer ses boissons et des tickets pour les repas dans l’autre », justifie la directrice.

Les Trans Musicales de Rennes abonden t: « L’attente au bar est réduite, on perd moins de temps à chercher sa monnaie, son code de carte bancaire et si on perd son bracelet, on le désactive », précise Chloé Poisson, responsable des relations avec le public.

« 69 % des festivaliers sont favorables au cashless », selon une étude du cabinet Gece, réalisée pour les Art Rock en 2016.

Si ce mode de paiement séduit, certains grincent des dents une fois l’euphorie du festival terminée. Lire la suite >

Source : Le Point

La rédaction

Laisser un commentaire

Retour haut de page