[Presse] Disneyland Paris : « La crise sanitaire a accéléré notre transformation numérique »

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Fermé pendant une grande partie de l’année 2020 et toujours en attente d’une réouverture, le parc Disneyland Paris a été touché de plein fouet par la crise sanitaire. Contraintes de travailler depuis chez elles, les équipes du plus grand complexe de loisirs d’Europe ont dû apprendre à s’organiser différemment, tant dans leurs tâches quotidiennes que dans l’accueil des visiteurs. Explications avec Brigitte Elmkies, Directrice des ventes et du marketing France chez Disneyland Paris.

A la mi-mars 2020, Disneyland Paris fermait ses portes pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Comment avez-vous géré le début du confinement ?

Le parc compte 17 000 salariés. C’est le premier employeur mono-site de France. L’annonce soudaine de la fermeture sans délai nous a obligé à réagir rapidement.

Le début de la crise sanitaire s’est d’abord caractérisé par un afflux d’appels de la part des clients. L’équipe du service client ne pouvait plus travailler sur le plateau donc il a fallu organiser le télétravail en récupérant le matériel nécessaire. La politique était claire, elle devait être en faveur des clients. En 48h nous avons donc mis en place un système de choix pour qu’ils puissent annuler ou reporter leur séjour. La notion de voucher n’est pas apparue tout de suite, mais elle s’est imposée par la suite. D’une manière générale, nos clients et partenaires ont apprécié notre rapidité. Ils ont fait preuve de compréhension.

Tous les employés ont été mobilisés pour gérer cette situation sans précédent. Le télétravail n’était pas quelque chose d’évident pour nous car en tant que parc de loisirs, nous sommes proches du produit. Mais son instauration s’est faite sans encombre. Une grande partie de l’équipe travaille chez Disneyland Paris depuis longtemps. C’est une force car cela a permis de continuer à échanger facilement, même à distance, grâce notamment à une bonne connaissance de l’entreprise.

La crise a-t-elle accéléré l’adoption de nouveaux outils numériques ?

Le digital fait partie de l’ADN de Disneyland Paris. Nous avons notre propre canal de distribution en direct par exemple. Nous avions déjà l’ambition de développer notre capacité digitale, mais le virus nous a obligé à accélérer et à développer de nouvelles choses.

Nous avons par exemple mis en place des billets datés afin de limiter le nombre de personnes dans le parc. Lire la suite >>

Source : TOM

close

Oh salut 👋
Nous sommes heureux de vous voir sur MGB Mag.

Inscrivez-vous à notre newsletter Toute l’actualité du marché de la billetterie chaque semaine dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Eddie MyOpenTickets

Laisser un commentaire

Retour haut de page